QU’EST-CE QU’UN BILAN PSYCHOLOGIQUE ?

Un bilan psychologique n’est pas un acte anodin. Il a pour objectif d’approcher l’ensemble du fonctionnement psychologique de l’enfant ou de l'adolescent, autant intellectuel qu’affectif. Ce n’est pas cependant une « radiographie du crâne » permettant de révéler l’intimité de l’enfant.

Il s’agit d’un instrument, d’un outil présentant des garanties scientifiques et offrant un éclairage sur les difficultés rencontrées par l’enfant ou l’adolescent à un moment de son évolution. Le bilan va permettre de recenser les potentialités et les difficultés, d’émettre des hypothèses sur leurs origines et surtout de proposer des indications sur l’aide la mieux adaptée. La rencontre avec le psychologue est également l’occasion pour l’enfant de communiquer ses difficultés à une personne qui n’est ni ses parents ni son enseignant.

 

QUAND CONVIENT-IL DE REALISER LE BILAN PSYCHOLOGIQUE   ?

Un bilan psychologique paraît indiqué dans les cas suivants :

- L’enfant demeure en difficulté importante à l’école alors que des dispositifs d’aide ont été mis en place : soutien dans le cadre de la classe, intervention d’un enseignant spécialisé, aide aux devoirs, cours particuliers, rééducation orthophonique….

- Dans le cadre extra-scolaire l’enfant fait preuve de curiosité, de dynamisme, alors qu’en classe peu de choses l’intéressent.

- L’enfant était en réussite et les performances scolaires chutent d’une manière importante.

- L’enfant ou l’adolescent modifie d’une manière importante son comportement dans le cadre scolaire ou familial (apathie, retrait, hyperactivité, insomnie, refus de la scolarité …)

- L’adolescent, scolarisé en collège ou en lycée, se démotive et n’a pas une idée suffisamment précise de son orientation scolaire et professionnelle.

 

LES DIFFÉRENTS TYPES DE TESTS

- Les tests d’intelligence sont construits comme des sondages. Ils repèrent quelles sont les performances habituelles d’un groupe d’enfants ayant un âge donné. Ces tests permettent donc de voir si un enfant a une évolution semblable aux autres et s’il peut s’intégrer à la vie scolaire et sociale. Ils indiquent de quelle forme d’intelligence dispose l’enfant. Est-il en réussite dans le domaine de la logique, du raisonnement verbal ou pratique ? Comment se repère-t-il dans l’espace et le temps ? Afin de proposer des remédiations concrètes, nous privilégions des outils d’évaluation (K-ABC- II) permettant de fournir des indications sur la manière dont l’enfant structure sa pensée.

- Les tests de personnalité servent à savoir de quelle façon on réagit face aux événements de la vie, comment on se protège, comment on se défend. Les tests de personnalité font surtout intervenir des épreuves de dessin ou des interprétations d’images. On demande à l’enfant de réaliser un dessin à thème ou de raconter une histoire à partir des images qui lui sont montrées. Par ses productions, ses récits, ses réactions, l’enfant communique des éléments de son monde intérieur, de sa vie affective, ses désirs, ses préoccupations.

- Les tests d’orientation permettent d’évaluer les aptitudes, les goûts et les dons. Ces derniers tests ne sont utilisés que pour les bilans d’adolescents. Les questionnaires d’intérêts professionnels renseignent sur les domaines professionnels susceptibles d’intéresser l’adolescent. Ils donnent une indication sur la force relative de ces domaines, certaines activités étant préférées à d’autres. En construisant son projet d’orientation professionnelle, l’adolescent donne du sens à sa scolarité, ce qui peut renforcer la motivation.

- Les tests de connaissances mesurent les acquisitions en lecture, mathématiques ... Les tests de connaissances sont des épreuves conçues pour mesurer un niveau d’acquisition scolaire. A l’aide d’outils différents de ceux utilisés par l’enseignant, ces épreuves permettent de préciser le niveau de l’enfant par rapport à la population scolaire française. Ces tests offrent de plus le moyen d’analyser finement les difficultés rencontrées en lecture/français et mathématiques.

 

MODALITES PRATIQUES

Comme le prévoit le code de déontologie des psychologues, le bilan psychologique d’un mineur ne peut être réalisé sans l’accord explicite des détenteurs de l’autorité parentale. Vous allez donc devoir, parents de l’enfant, préalablement compléter et signer une autorisation écrite. Vous serez tout d’abord reçu pour un entretien à mon cabinet. Nous examinerons alors ensemble le motif de votre demande, les relations de l’enfant dans tous ses lieux de vie, son histoire, les moments importants de son développement, sa manière de travailler, ses résultats scolaires. Afin d’établir une relation individuelle de confiance et d’expliquer le déroulement des épreuves et ce que l’on attend de lui, un entretien individuel sera aussi réalisé avec l’enfant.

Le jour de la passation, les épreuves (tests) dureront environ 2 h. Cette durée pourra être fractionnée en fonction des capacités d’attention et de concentration de l’enfant et de son âge.

La restitution du bilan se fera au cours d’un entretien à mon cabinet (délai : 2 à 3 semaines après la passation). Les résultats vous seront commentés et je vous donnerai des indications précises sur la manière d’aider votre enfant dans ses apprentissages intellectuels. Vous recevrez également un document écrit de synthèse ainsi que le bilan chiffré des épreuves psychotechniques. Vous aurez la possibilité ensuite, dans les six mois, de reprendre contact pour un entretien de suivi.

En principe l’enfant est censé savoir répondre aux questions qu’on lui pose. Il peut se tromper sur certaines, mais pas sur la totalité. Un test où toutes les réponses sont fausses n’est pas adapté et ne démontre rien. De plus pour établir un diagnostic, le psychologue ne considère pas uniquement les résultats aux tests. Il prend en compte également le mode de réaction et le comportement de l’enfant. Par exemple un enfant qui dans le cadre du bilan fait répéter systématiquement les questions laisse supposer des problèmes d’attention et de concentration.